Comment faire face à quelqu'un qui a des problèmes de drogue ou d'alcool?

Prendre soin de quelqu'un qui a des problèmes de drogue ou d'alcool ou même interagir
Prendre soin de quelqu'un qui a des problèmes de drogue ou d'alcool ou même interagir avec lui peut être éprouvant sur les plans émotionnel, mental et physique.

L'abus de drogues ou d'alcool est une maladie complexe. La «dépendance» est une maladie qui provoque un dysfonctionnement des circuits de récompense, de motivation et de mémoire de votre cerveau. Cela amènera une personne dépendante à rechercher une récompense ou un soulagement en utilisant la substance, souvent malgré de graves risques personnels, sanitaires et sociaux. La toxicomanie et la dépendance aux substances peuvent avoir une variété de facteurs contributifs, y compris la biologie de la personne, ses expériences personnelles et sociales et des facteurs psychologiques. Parce qu'elle est incroyablement complexe, la dépendance doit être traitée par un professionnel. Pour aider quelqu'un aux prises avec des drogues ou de l'alcool, vous pouvez vous renseigner sur la toxicomanie, offrir votre soutien et prendre soin de vous afin de rester fort.

Partie 1 sur 4: rester fort

  1. 1
    Déterminez ce que vous pouvez changer. Essayer de changer les actions de quelqu'un d'autre se termine généralement par une frustration, car vous ne pouvez pas contrôler le comportement d'une autre personne. Cependant, vous pouvez modifier votre propre comportement.
    • Par exemple, si une amie a des problèmes avec l'alcool, vous pouvez éviter de boire de l'alcool autour d'elle. Offrez d'autres options pour socialiser, comme aller au cinéma au lieu d'aller au bar.
    • N'oubliez pas que vous n'êtes pas responsable du comportement de la personne ou de ses conséquences. Par exemple, si la toxicomanie de la personne interfère avec sa capacité à occuper un emploi, il n'est pas de votre responsabilité de prendre le relais. Cela peut en fait permettre à l'autre personne de continuer à abuser de la substance.
    • Vous n'avez pas à trouver d'excuses pour l'autre personne ou à dissimuler sa consommation de substances. Vous n'êtes pas obligé de donner de l'argent à l'autre personne pour acheter des substances.
  2. 2
    Fixer des limites. Les limites sont destinées à vous protéger tous les deux. Ils peuvent vous aider à ne pas vous sentir maltraité, manipulé ou en danger. Ils peuvent aider la personne que vous aimez à savoir ce qui est et ce qui n'est pas un comportement acceptable.
    • Considérez les comportements avec lesquels vous êtes prêt à être flexible et ceux qui sont des «lignes dures».
    • Par exemple, la personne peut être hostile ou impolie envers vous, surtout lorsqu'elle consomme la substance. C'est un comportement inacceptable, mais selon votre relation, vous pouvez être prêt à en tolérer un certain niveau.
    • Cependant, la violence physique ou la violence psychologique prolongée causent des dommages substantiels. Cela est particulièrement vrai si les jeunes enfants sont impliqués dans l'environnement. Aussi difficile que cela puisse paraître, fixer des limites strictes qui interdisent absolument ce type de comportement est important pour vous protéger ainsi que les autres personnes affectées par le comportement de l'utilisateur.
  3. 3
    Restez ferme avec vos limites. La frontière est mince entre rester en bonne santé et en sécurité et affronter ses propres préjugés et hypothèses concernant la consommation de substances. Il est important que la personne ayant un problème de substance sache que vous ne serez pas intimidé ou manipulé pour soutenir sa dépendance. Cependant, il est également important que la personne sache que vous êtes une source de soutien dont elle a besoin, plutôt que les comportements qu'elle pourrait souhaiter de votre part.
    • Appliquer les conséquences, en particulier pour les limites de la ligne dure. Ceux-ci pourraient être très petits, comme ne pas reprogrammer des plans pour accommoder l'autre personne. Ou, ils pourraient être plus importants, comme quitter la maison ou ouvrir un compte bancaire séparé.
    • Il y a une différence entre être flexible et se mettre en danger. Si vous pensez que la personne qui consomme de la drogue ou de l'alcool vous met en danger, appelez à l'aide et quittez la situation. Le 911, les services d'urgence et de nombreuses hotlines sont disponibles. L'alcool et les drogues peuvent provoquer des comportements violents et imprévisibles, même chez ceux qui n'ont pas d'antécédents de tels actes.
  4. 4
    Obtenez du soutien pour vous-même. Prendre soin de quelqu'un qui a des problèmes de drogue ou d'alcool ou même interagir avec lui peut être éprouvant sur les plans émotionnel, mental et physique. Vous trouverez peut-être utile de trouver vos propres sources de soutien, comme un groupe de soutien ou des conseils.
    • Nar-Anon et Al-Anon sont des réseaux de soutien pour la famille et les amis de ceux qui luttent contre la drogue ou l'alcool. Nar-Anon propose des rencontres de soutien aux familles et amis des toxicomanes. Al-Anon propose des réunions de soutien pour la famille et les amis des alcooliques.
    • Vous pouvez également trouver utile de rencontrer un thérapeute, en particulier si vous avez des sentiments de culpabilité ou de responsabilité envers l'autre personne. Dans certains cas, la personne peut choisir la drogue ou l'alcool plutôt que vous, et un thérapeute peut vous aider à surmonter cela.
  5. 5
    Pratiquez les soins personnels. Il est important de prendre soin de son corps, ainsi que de ses émotions. Prendre soin des autres est une expérience très stressante et peut augmenter le risque de tomber malade. Prendre bien soin de vous est également un bon exemple de soins personnels pour votre proche.
    • Dormez suffisamment. Essayez d'éviter les stimulants le soir. N'utilisez pas d'écrans pendant quelques heures avant d'aller au lit. Établissez une «routine» régulière avant de vous coucher.
    • Bien manger. Mangez beaucoup de fruits, de légumes et de glucides complexes riches en fibres. Le stress peut faire des ravages sur votre système immunitaire, et les antioxydants contenus dans les fruits et légumes peuvent aider à renforcer la capacité de votre corps à combattre la maladie. Les glucides complexes, comme les patates douces, le riz brun et les légumineuses, peuvent amener votre cerveau à produire de la sérotonine, une hormone relaxante.
    • Exercer. L'exercice vous permettra non seulement de rester en forme, mais aussi de réduire les effets du stress. Les exercices qui se concentrent sur votre respiration et votre pleine conscience, comme le yoga et le tai-chi, peuvent être particulièrement utiles.
    • Réduire le stress. Vous pouvez trouver la méditation utile. Écouter de la musique douce et lente peut vous détendre. Les exercices de respiration, tels que la respiration profonde, peuvent vous aider à vous sentir calme et peuvent même réduire votre tension artérielle.
  6. 6
    Admettez vos limites. Prendre soin et soutenir une personne aux prises avec des problèmes d'abus de drogues ou d'alcool peut être épuisant. Ne vous étirez pas trop et ne vous mettez pas dans des situations dangereuses. Si vous ne prenez pas soin de vous, vous ne pourrez pas non plus prendre soin de l'autre. Il n'y a pas de honte à respecter ses propres limites et à prendre soin de soi.
    • Les personnes qui consomment de l'alcool et/ou des drogues peuvent vous blâmer pour leurs problèmes. Ils peuvent tenter de vous manipuler en vous menaçant de consommer ou de vous faire du mal si vous ne leur donnez pas ce que vous voulez. Vous devrez vous rappeler que vous n'êtes responsable des actions de personne, sauf des vôtres.
    • L'alcool et les drogues peuvent amener les gens à nier la gravité de leurs problèmes. Ils peuvent vous mentir sur leur comportement. Ils peuvent voler ou même utiliser des menaces ou la violence pour obtenir plus de substance. Se détacher de cette situation peut être votre meilleure option.
Si vous pensez que la personne qui consomme de la drogue ou de l'alcool vous met en danger
Si vous pensez que la personne qui consomme de la drogue ou de l'alcool vous met en danger, appelez à l'aide et quittez la situation.

Partie 2 sur 4: offrir un soutien

  1. 1
    Parlez avec la personne. Exprimez d'abord votre souci pour la personne. Dites à l'autre personne que vous l'aimez et que vous êtes préoccupé par les comportements que vous avez observés. Offrez votre soutien dans les détails, comme être prêt à aller chercher de l'aide avec eux.
    • N'utilisez pas d'appels émotionnels pour «culpabiliser» la personne. Cela pourrait aggraver la compulsion à abuser de la substance.
    • N'essayez pas de parler avec la personne lorsqu'elle est sous l'influence de drogues ou d'alcool. Il ne sera pas dans un état d'esprit rationnel et son jugement peut être altéré.
  2. 2
    Trouvez des ressources de soutien dans votre région. Il existe de nombreuses ressources disponibles pour la toxicomanie, et beaucoup sont gratuites ou peu coûteuses. L'option la plus populaire et la plus réussie est celle des programmes de groupe axés sur les processus, tels que les Alcooliques anonymes. Ces programmes sont précieux pour diverses raisons, mais surtout parce qu'ils mettent l'accent sur la création et le renforcement d'un solide réseau de soutien social. Ces réseaux, qui incluent souvent un mentorat de 24 heures et une communauté d'expériences partagées, sont généralement très utiles à la fois pour les utilisateurs en difficulté et pour les personnes qui essaient d'arrêter de consommer.
    • Les programmes de «gestion des contingences» peuvent être utiles pour traiter l'abus d'alcool, de stimulants, d'opioïdes, de marijuana et de nicotine. Ces programmes sont souvent organisés dans des cliniques locales et impliquent de fournir des «récompenses» ou d'autres renforcements positifs pour éviter de consommer de la drogue.
  3. 3
    Envisagez une thérapie. De nombreux conseillers et thérapeutes sont formés pour apporter un soutien aux personnes aux prises avec une dépendance. Étant donné que la dépendance est souvent présente avec d'autres problèmes psychologiques, tels que la dépression, le SSPT ou l'anxiété, demander l'aide d'un professionnel de la santé mentale peut aider la personne à comprendre certaines des raisons sous-jacentes de sa toxicomanie.
    • La thérapie familiale peut être une bonne option si la personne que vous aidez est un parent ou un partenaire. La recherche montre que la thérapie comportementale familiale (TCF) peut aider à modifier les schémas dysfonctionnels au sein des relations familiales qui contribuent ou aggravent la toxicomanie. Cela peut également vous apprendre, à vous et à la personne qui lutte, à faire face à la dépendance.
    • La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peut être utile pour traiter l'abus d'alcool, de marijuana, de cocaïne, de méthamphétamine et de nicotine. La TCC se concentre sur l'amélioration du sentiment d'efficacité personnelle d'une personne en lui apprenant à identifier et à remettre en question les pensées et les comportements problématiques.
    • La thérapie d'amélioration de la motivation (MET) peut être utilisée pour aider une personne à surmonter sa résistance au démarrage d'un plan de traitement pour la toxicomanie. Il est généralement plus efficace pour les personnes qui abusent de l'alcool ou de la marijuana. Il n'est généralement pas aussi efficace pour motiver les personnes qui abusent d'autres drogues, comme la cocaïne ou l'héroïne.
  4. 4
    Envisagez un centre de réadaptation pour patients hospitalisés. Si vous avez des inquiétudes immédiates, un centre de réadaptation pour patients hospitalisés peut être approprié. Ces programmes sont particulièrement importants si la personne consomme des substances telles que la cocaïne, le crack, l'héroïne ou certaines prescriptions. Le sevrage de ces substances doit être géré par des professionnels de la santé; des modifications drastiques ou soudaines de l'utilisation de ces substances pourraient entraîner de graves complications médicales, voire la mort.
    • Ces centres retirent complètement les individus de leur situation extérieure. La personne se «désintoxiquera» sous contrôle médical. Souvent, ces centres combinent la gestion médicale avec des conseils ou d'autres programmes d'éducation.
    • Les programmes pour patients hospitalisés offrent des soins supervisés 24 heures sur 24, ce qui peut être utile si la personne est toujours très motivée à rechercher et à abuser de substances.
    • Ces centres suppriment également les déclencheurs sociaux et environnementaux. Par exemple, une personne peut être plus susceptible de consommer des substances si elle est entourée d'amis qui le font, ou si elle se trouve dans un endroit particulier qui est associé à la consommation de substances pour elle.
    • Ces programmes peuvent être coûteux et nécessitent un engagement de temps important. Dans la plupart des cas, la personne doit être disposée à entrer en cure de désintoxication.
    • La "détox" seule suffit rarement à vaincre une dépendance. Un changement de comportement, tel que celui favorisé par la thérapie, est nécessaire pour récupérer complètement.
    • L' Administration des services de traitement de la toxicomanie et de la santé mentale a un " localisateur de services de traitement de santé comportementale " sur son site Web.
  5. 5
    Consultez un médecin. Si un établissement d'hospitalisation est inapproprié ou trop coûteux, la personne ayant un problème de toxicomanie devrait consulter un médecin pour élaborer un plan de traitement. La personne utilisant la substance doit être sous surveillance médicale lors de la mise en œuvre de ce plan, afin d'éviter des complications graves voire la mort.
    • La Société européenne de médecine des toxicomanies propose une rubrique «Trouver un médecin» sur son site Web. L'Académie européenne de psychiatrie des toxicomanies a un programme d'orientation des patients.
    • Le médecin ou le fournisseur de traitement peut également vous aider à trouver des moyens de soutenir la personne tout au long du plan.
  6. 6
    N'oubliez pas qu'il n'y a pas de solution à l'emporte-pièce. La situation de chaque individu est unique et, par conséquent, son traitement devra être adapté à cette situation. Vous devrez peut-être explorer de nombreux types de soutien et d'options de traitement avant de trouver celui qui fonctionne.
    • N'oubliez pas qu'il s'agira d'un processus et non d'un résultat immédiat. Vous et votre proche pouvez subir de nombreux revers et rechutes. Restez patient.
Est particulièrement utile dans les situations impliquant des problèmes de toxicomanie
Le soutien social peut aider à soutenir le bien-être personnel et est particulièrement utile dans les situations impliquant des problèmes de toxicomanie.

Partie 3 sur 4: les aider tout au long du processus

  1. 1
    Organisez des réseaux sociaux solides. La recherche soutient l'idée que les humains ont fondamentalement besoin de relations sociales. Le soutien social peut aider à soutenir le bien-être personnel et est particulièrement utile dans les situations impliquant des problèmes de toxicomanie.
    • La façon dont la personne comprend son réseau de soutien est tout aussi importante. Par exemple, si tout le monde dans le «contexte local» ou la communauté de la personne lui dit constamment qu'elle est une «mauvaise personne» ou qu'elle ne s'améliorera jamais, la personne pourrait se sentir obligée de continuer à consommer la substance parce qu'elle ne t sentent qu'ils ont de meilleures alternatives.
    • D'un autre côté, les communautés qui soutiennent une personne aux prises avec la toxicomanie peuvent aider cette personne à se sentir plus forte et encouragée à réussir.
  2. 2
    Concentrez-vous sur les résultats positifs. Se concentrer sur de petits succès peut aider à motiver une personne aux prises avec des drogues ou de l'alcool à continuer. «Prêcher» à une personne ou souligner ses échecs ne sera pas efficace et pourrait en fait encourager la personne à abuser de la substance pour apaiser sa culpabilité.
    • Par exemple, vous pourriez poser des questions telles que «Qu'est-ce qui s'est bien passé pour vous aujourd'hui?» ou «Avec quoi avez-vous le plus lutté?
    • Louez même les petits succès et efforts. Les Alcooliques anonymes sont célèbres pour leur devise «Un jour à la fois», qui met l'accent sur la lutte contre la dépendance au quotidien, plutôt que comme une tâche monumentale. Vérifiez fréquemment avec la personne et encouragez tout comportement positif, même s'il est petit.
  3. 3
    Notez le comportement de l'autre personne. Des changements dans la routine quotidienne de la personne peuvent signifier qu'elle a recommencé à consommer des substances. Des sautes d'humeur inhabituelles ou une agressivité ou une attitude défensive accrues peuvent survenir.
    • S'absenter régulièrement de l'école ou du travail, ou une baisse des performances, peut également être un signe de toxicomanie.
  4. 4
    Communiquez directement. Ne présumez pas que le comportement ou l'attitude de la personne est dû à la toxicomanie. Posez des questions directement sur les problèmes que vous avez observés, mais essayez d'éviter de paraître accusateur ou critique.
    • Par exemple, si votre adolescent a manqué l'école toute la semaine, vous pouvez l'approcher de cette façon: «Je viens de recevoir un appel de l'école. Ils m'ont dit que vous n'aviez pas été à l'école toute la semaine. Pouvons-nous parler de la raison pour laquelle vous avez manqué l'école? cette semaine?" Cette approche offre à l'autre la possibilité de partager son expérience avec vous, plutôt que de la mettre sur la défensive.
    • Évitez le langage dur ou accusatif. Par exemple, une manière improductive de confronter votre adolescent pourrait ressembler à ceci: «Votre école a appelé et vous ne vous êtes pas présenté de toute la semaine. Est-ce que vous consommez encore de la drogue? Vous êtes puni.
  5. 5
    Faites des associations positives. Montrez votre soutien à l'autre personne sans lui rappeler constamment ses problèmes. Vous ne voulez pas que le seul moment où vous interagissez avec la personne soit celui où vous la confrontez au sujet de ses problèmes de drogue ou d'alcool. Socialiser avec la personne. Renseignez-vous sur sa vie. Aller au cinéma ou dîner. Aidez-les à se sentir à l'aise avec vous, et ils seront peut-être plus à l'aise de s'ouvrir à vous.
    • Offrir d'autres occasions de trouver du plaisir peut également aider la personne à se rendre compte qu'elle n'a pas autant besoin de consommer de la drogue ou de l'alcool.
Pour aider quelqu'un aux prises avec des drogues ou de l'alcool
Pour aider quelqu'un aux prises avec des drogues ou de l'alcool, vous pouvez vous renseigner sur la toxicomanie, offrir votre soutien et prendre soin de vous afin de rester fort.

Partie 4 sur 4: comprendre les dépendances

  1. 1
    Comprendre le rôle de la biologie. La toxicomanie est un état neurobiologique très complexe. Bon nombre des comportements qui deviennent addictifs provoquent initialement un état de plaisir intense, ou un «high». Ils peuvent également soulager temporairement un sentiment de tristesse ou de débilité, ce qui peut amener la personne à les rechercher comme soulagement.
    • La plupart des comportements addictifs, tels que la consommation de drogue et d'alcool, provoquent un pic de dopamine, un neurotransmetteur dans le cerveau qui provoque une sensation de plaisir. Ce niveau accru de plaisir peut devenir considéré comme la «norme» par la personne qui s'engage dans le comportement addictif. Les activités qui étaient autrefois agréables ne peuvent souvent plus rivaliser avec la poussée de dopamine offerte par la drogue ou l'alcool.
    • La dépendance modifie les circuits de récompense d'une personne. Même face à des conséquences néfastes, une personne dépendante peut rechercher la récompense ou le soulagement offert par la substance.
    • La dépendance à une substance se produit lorsqu'une quantité de plus en plus importante de la substance est requise pour produire l'effet souhaité. La dépendance est très dangereuse; des doses de plus en plus importantes de la substance peuvent être consommées, ce qui entraîne souvent une surdose et même la mort.
    • Plusieurs substances, dont l'alcool et la cocaïne, endommagent les lobes frontaux du cerveau, qui aident à contrôler les impulsions et à gérer la gratification retardée. Sans une telle réglementation, les individus peuvent avoir un jugement considérablement altéré et des difficultés à comprendre les conséquences.
    • Les facteurs génétiques aident également à déterminer si un individu développera une dépendance.
  2. 2
    Reconnaître l'élément social de la dépendance. La recherche suggère que la disponibilité de la stimulation sociale peut jouer un rôle dans l'utilisation et le développement de dépendances aux substances. Ceux qui vivent avec moins de ressources, comme les personnes vivant dans l'isolement ou la pauvreté, peuvent être plus enclins à consommer des substances nocives en raison du manque d'autres options pour éprouver du plaisir.
    • Une étude a montré que les rats vivant dans un environnement «riche en ressources», avec des sources de plaisir, de loisirs et de socialisation, étaient moins susceptibles de consommer ou de devenir dépendants de substances que les rats vivant dans des environnements «pauvres en ressources».
    • Il est important de comprendre comment l'environnement de la personne peut augmenter ou diminuer son potentiel de consommation de substances. Par exemple, les conflits parentaux ou familiaux, la pression des pairs et des niveaux élevés de stress sont tous associés à des niveaux plus élevés de toxicomanie.
  3. 3
    Comprendre la dimension psychologique de la dépendance. La toxicomanie est plus que la biologie ou les pressions sociales. La psychologie unique de chaque personne, ses émotions et ses désirs, peut affecter sa prédisposition à la dépendance et la façon dont elle la gère.
    • Des facteurs de protection tels que le soutien de la famille et des amis peuvent aider à renforcer la «résilience» d'un individu dépendant ou sa capacité à faire face à sa dépendance. Cependant, l'individu doit être motivé pour travailler sur son comportement.
  4. 4
    S'abstenir de juger la personne. L'abus de substances implique un ensemble de problèmes très complexes, et la situation de chaque personne est unique. Juger un individu dépendant ne l'aidera pas à «se réveiller» du danger de la situation; elle pourrait cependant éloigner la personne d'une source de soutien affectif et moral. Souvenez-vous que cette personne est une personne, pas simplement un «toxicomane».
    • La société promeut de nombreux mythes sur la toxicomanie. Les croyances courantes incluent l'idée que les toxicomanes «n'ont aucune volonté» ou que certaines drogues causeront immédiatement une maladie mentale ou une psychose si elles sont essayées «une seule fois». Ces croyances ne sont pas étayées par la recherche et peuvent favoriser les préjugés contre les personnes aux prises avec la toxicomanie.
    • La recherche a montré que de nombreuses personnes sont moins susceptibles de faire preuve d'empathie envers une personne qui souffre si nous pensons qu'elle «mérite» d'une manière ou d'une autre ce qu'elle vit. Comprendre le réseau complexe et enchevêtré de facteurs qui contribuent à la dépendance peut vous aider à éviter de tomber dans cette façon de penser simpliste.
Si une amie a des problèmes avec l'alcool
Par exemple, si une amie a des problèmes avec l'alcool, vous pouvez éviter de boire de l'alcool autour d'elle.

Conseils

  • N'oubliez pas que vous n'êtes responsable que de vos choix et de vos actions. Cela peut faire mal quand les gens que vous aimez font des choix qui sont mauvais pour eux, mais vous ne pouvez changer que vos propres comportements.
  • Les groupes de soutien peuvent être une excellente ressource pour les amis et la famille des personnes ayant des problèmes de drogue ou d'alcool. Tout le monde a vécu la même chose que vous vivez. Vous pouvez entendre des conseils qui vous aident, et à tout le moins, vous trouverez de l'empathie et de la compréhension.

Mises en garde

  • Offrez de l'amour et du soutien, mais ne vous mettez pas en danger ou en danger. Si vous ne vous sentez pas en sécurité ou maltraité dans votre situation, trouvez un moyen de partir ou demandez de l'aide.

Les commentaires (1)

  • lterry
    Après une période de quelques mois, j'ai remarqué une différence dans le comportement de mon fils, exactement comme vous l'avez décrit ci-dessus. Mon fils s'est effondré et m'a dit qu'il avait pris de la cocaïne. Cela n'a jamais été un problème avec aucun membre de ma famille et je ne sais pas comment y faire face. Votre article a été très utile. Merci.
Avis de non-responsabilité médicale Le contenu de cet article n'est pas destiné à remplacer un avis médical professionnel, un examen, un diagnostic ou un traitement. Vous devez toujours contacter votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié avant de commencer, de modifier ou d'arrêter tout type de traitement de santé.
En parallèle
  1. Comment rouler une cigarette?
  2. Comment éviter la cigarette?
  3. Comment arrêter de fumer à un jeune âge?
  4. Comment prévenir les rechutes tabagiques?
  5. Comment prendre de l'amoxicilline?
  6. Comment utiliser un briquet?
FacebookTwitterInstagramPinterestLinkedInGoogle+YoutubeRedditDribbbleBehanceGithubCodePenWhatsappEmail